Néandertal - Old ancertor

Neandertal 3.0, l'homme de la Chapelle aux Saints - mine graphite sur papier dessin - 65 x 50 cm - été 2015

J'ai beaucoup de tendresse pour ce personnage venu de la nuit des temps.

Un personnage bien mal perçu par mes contemporains et injustement décrit. Ne me parlez pas de primitif brutal aux mœurs de bête sauvage, recouvert de la tête au pied d'une épaisse pilosité. Néandertal était Sapiens et s'il était encore de ce monde, il passerait totalement inaperçu au milieu des hommes modernes ; les Sapiens Sapiens que nous sommes. Plus encore, sa douceur naturelle nous surprendrait.

Certes, il fut un grand chasseur, mais pas un prédateur. Lui, ne nuisait pas à l’équilibre de son environnement naturel. Au contraire, tout nous montre qu'il vivait en parfaite intelligence et en totale harmonie avec ce monde dans lequel il évoluait.

Et lorsque Sapiens Sapiens "la Castagne" a débarqué sur son petit coin de terres oubliées, notre pauvre Néandertal s'en est pris plein la tronche. Mais il a quand même sympathisé avec le bipède turbulent et ces deux-là ont même fini par se désirer et s'aimer.

De cette union sont nés de jolis petits métis Sapiens Sapiens Néandertalensis.

C'est ainsi que nous sommes tous hybrides, non seulement descendants de Sapiens Sapiens, mais aussi de Néandertal et de bien d'autres encore.

La génétique nous renseigne sur les caractéristiques physiques de cet héritage néandertalien, mais je pressens l’existence d'un autre héritage, moins formel, plus émotionnel, enfoui dans les profondeurs de notre mémoire collective.

Mon investigation émotionnelle commence au musée de l'Homme de Néandertal de la Chapelle aux Saints.

Cette frontière méridionale de  notre actuel Limousin était, au paléolithique, l'un des territoires de chasse saisonniers des néandertaliens de la vallée de la Vézère. Notre homme, qui y fut enterré avec le plus grand soin dans une sépulture abritée sous roche, était âgé de 63 ans, ce qui est considérable pour l'époque, et handicapé par une malformation de naissance à la jambe qui l’empêchait de se déplacer normalement. Déjà, un sentiment d'humanisme s'éveille en moi.

Dans la solitude de la salle principale, déserte, du musée, je démarre une conversation muette avec le vénérable fossile crânien, posé face à moi sur une table en compagnie des autres représentants de la longue évolution de notre espèce.

Je ne peux m’empêcher, pendant que je dessine, de faire des allers-retours comparatifs entre le bien-aimé Neandertal et son voisin moderne, le descendant de Cro-Magnon qui trône dans toutes nos facultés de médecine. Il émane de ce crâne une douceur singulière. Là où Sapiens Sapiens est en arrêtes saillantes et en angles vifs, Neandertal n'est que courbes et rondeurs : rien dans ce crâne n'est agressif, rien ne fait peur. Il y a de la puissance chez lui, mais une puissance bienveillante. Peut-être bien celle de cet humaniste que nos philosophes aiment tant à décrire et à espérer le jour de son avènement dans notre humanité.

Neandertal 1.0 et 2.0, l'homme de la Chapelle aux Saints - esquisses préparatoires réalisées in situ au musée.

mine graphite sur papier dessin - 30 x 21 cm - mai 2015

Ce premier voyage en terre de Néandertal arrive à sa fin. Je prends congé du vénérable et retrouve le chemin de mon quotidien. Un sentiment de satisfaction et de bien-être m'accompagne, celui que génèrent les belles rencontres.

De retour dans mon atelier, j'opte pour la simplicité discrète des mines graphites et finalise cette première séance de travail; pas d'artifice, juste aller à l'essentiel pour rendre hommage à cet ancêtre mal connu.

Je ne recherche pas la dimension morbide à travers cet élément résiduel de son existence passée. Au contraire, c'est un hommage à la vie : à cette vie lointaine et discrète à qui nous devons notre présence aujourd'hui. Les "muertos" mexicains, plus têtes de vie que têtes  de mort, se rappellent à mes souvenirs et je souhaite une continuité de cette envergure pour un si aimable ancêtre.

Old Ancestor, néandertalien du Mont Carmel - travail d'après photo

mine graphite sur papier dessin - 50 x 50 cm - mars 2014